Lexique du papier

Absolument sec Désigne une siccité absolue selon l'échelle de mesure du degré de sécheresse du papier et de la cellulose.
 
AOX Les dérivés organiques halogénés absorbables (AOX) permettent d'estimer la quantité de chlore fixée dans des composés organiques. 
 
Aptitude au rainage Propriété importante pour le carton.
 
Azurants optiques Substances incolores qui absorbent les rayons ultra-violets. L'adjonction de ces substances améliore la blancheur des papiers nature et des papiers couchés. Les azurants optiques deviennent visibles dans le papier sous l'effet des rayons ultra-violets. Ils ne sont pas résistants au vieillissement, car ils se décomposent avec le temps.

 
Bac de tête Partie importante de la machine à papier. Après la préparation de la pâte, il a pour tâche de répartir la pâte à papier sur la toile dans la quantité prescrite. 
 
Bande étroite Le long côté de la feuille est parallèle au sens des fibres. «Abréviation: BE».
 
Bande large La largeur de la feuille a été coupée dans le sens de fabrication de la bande de papier et le sens de marche de la machine donne le côté court de la feuille. Abréviation: BL.
 
Beau côté Côté supérieur ou côté feutre.
 
Blanchiment Augmentation du degré de blancheur de la matière fibreuse destinée à la fabrication du papier. Le processus de blanchiment intervient après la décomposition chimique, car après celle-ci la cellulose présente une coloration jaunâtre à brunâtre. Aujourd'hui, le chlore et les composés chlorés sont de plus en plus rarement utilisés.
 
Blanchiment au chlore Du point de vue purement chimique, le blanchiment au chlore est le procédé optimal pour séparer la lignine qui rend le papier cassant et provoque un fort jaunissement sous l'action de l'oxygène de la fibre de cellulose. Cependant, le blanchiment au chlore a pour inconvénient de représenter une charge pour l'eau car celle-ci ne peut pas être suffisamment épurée. C'est pourquoi, dans le monde entier on utilise des procédés de blanchiment alternatifs, qui ne constituent pas une charge pour l'environnement. 
 
Bois de feuillus Sert à la fabrication de cellulose. On utilise principalement du hêtre rouge, du bouleau, du peuplier et de l'eucalyptus dont on tire des fibres d'environ 1 mm de longueur et de 0,03 mm de largeur (fibres courtes).
 
Bois On ne coupe pas assez de bois pour la santé de nos forêts: 4,5 millions de m3 au lieu des 6 millions de m3 disponibles annuellement selon l'inventaire forestier fédéral. L'industrie suisse du papier et de la cellulose en absorbe environ 25% sous des formes inutilisables dans les autres secteurs d'activité: déchets de scierie, chablis et bois grêle des coupes d'entretien et d'éclaircie. Pour la fabrication du papier, on préfère le bois de résineux car il fournit des fibres plus longues que le bois de feuillu dont la fibre est utilisée pour les papiers pour les arts graphiques, ainsi que pour la cellulose chimique et la cellulose synthétique.
 
Broyeur Le pulper (triturateur) désagrège la cellulose, la pâte mécanique ou le vieux papier délayés dans de l'eau de manière à ce qu'ils puissent être acheminés par pompage pour la suite de la fabrication.
 
Bulk Main du papier, généralement déterminée par le type de cellulose - fibres courtes, eucalyptus.

 
Calandre de machine Par la pression et une certaine friction, la surface du papier est lissée dans la machine à papier avant l'embobinage. C'est ainsi que sont fabriqués les papiers dits «lissés à la machine». 
 
Calandre Machine à satiner le papier.
 
Carbonate de calcium La craie ou le calcaire (terme générique carbonate de calcium) sont utilisés dans la fabrication de papier comme charges ou comme pigments pour la sauce de couchage.
 
Carton contrecollé Le carton contrecollé présente une teneur en humidité élevée, car il est fabriqué par collage de plusieurs couches de papier. Ces couches peuvent être de nature différente.
 
Carton triplex Carton composé de trois couches différentes (cellulose, vieux papier et pâte mécanique).
 
Carton Les cartons à une ou plusieurs couches sont soit collés soit assemblés par pressage humide. Les cartons à plusieurs couches assemblés par pressage humide sont constitués de couches de fibres (parfois de différentes natures) fabriquées individuellement sur une machine à table ou sur une machine à table plate et forme ronde. Les fibres des différentes couches s'assemblent par interpénétration fibreuse (pressage humide) puis elles sont pressées sur une bande sans fin et séchées.
 
CB Désigne les papiers autocopiants destinés à la réalisation de jeux de formules (CB = Coated Back).
 
Cellulose C'est le combiné organique le plus fréquent dans la nature, car les parois des cellules des plantes sont composées de cette matière fibreuse. Dans le bois, la cellulose est liée avec de la lignine et d'autres composants.
 
Cellulose au bisulfite Elle est fabriquée par cuisson des copeaux provenant de bois d'épicéa ou de feuillus, hachés dans une solution de bisulfite de calcium ou de magnésium et d'acide sulfurique. Par rapport à la cellulose au sulfate, la cellulose au bisulfite a l'inconvénient d'offrir des fibres plus courtes (résistance du papier plus faible). En revanche, elle est plus facile à blanchir.
 
Cellulose au sulfate Elle est fabriquée par cuisson de copeaux de bois dans une solution de soude caustique contenant du sulfure de sodium. Cette cuisson alcaline permet d'utiliser également des bois de résineux car la résine est saponifiée. Il est donc possible d'extraire les fibres longues des pins qui confèrent au papier une plus grande résistance. Le procédé au sulfate produit une cellulose très résistante, mais plus difficile à blanchir que la cellulose au bisulfite.
 
CFB Désigne les papiers autocopiants des deux côtés destinés à la réalisation de jeux de formules (CFB = Coated Front Back).
 
Chanvre Plante annuelle cultivée en Europe et en Asie, pouvant atteindre jusqu'à 3,5 m de hauteur, utilisée pour la fabrication de cellulose et de papier.
 
Chiffon Voir chiffons
 
Chiffons Jusqu'au 18e siècle, les chiffons étaient la seule matière première pour la fabrication du papier. Aujourd'hui, les fibres textiles ne représentent plus qu'un pour cent de la matière première. Les chiffons sont utilisés surtout pour des papiers spéciaux comme les papiers pour billets de banque ou pour pièces d'identité.
 
Collage en surface Collage appliqué sur la surface du papier dans la presse encolleuse de la machine à papier.
 
Colle Sans colle, le papier est inapte à l'écriture et à l'impression. La colle lui confère en outre des propriétés particulières. Dans le procédé le plus courant, la colle est ajoutée dans la masse avant la confection du papier. Pour certains papiers spéciaux, il est également possible d'appliquer un collage de surface ultérieur dans la partie sèche de la machine à papier.
 
Colorants Les colorants sont utilisés avant ou après la fabrication du papier à proprement parler. Soit ils sont ajoutés à la pâte à papier pour donner d'emblée une coloration définie au produit fini, soit ils sont ajoutés au couchage (papiers couchés). Mais il est également possible d'appliquer les colorants seulement dans la presse encolleuse (collage de surface); dans ce cas la coloration se limite à la surface du papier.
 
Comportement au séchage Temps nécessaire pour qu'une goutte de liquide déposée sur la surface du papier sèche.
 
Contrecoller Opération consistant à coller ensemble plusieurs bandes de papier ou de carton.
 
Contrôle du papier Méthodes, prescriptions et normes permettant de contrôler les propriétés et la qualité du papier et du carton au moyen d'appareils de contrôle spéciaux, selon des procédés définis avec précision.
 
Copieur à couleurs intégrales Copieur couleur ayant quatre couleurs de toner différentes. Les originaux peuvent se présenter sous forme de documents ou de données informatiques.
 
Côté feutre Dans la formation de la feuille sur une machine à papier à table plate, la face du papier tournée vers le haut. Les deux côtés du papier présentent donc une certaine disparité. Les papiers fabriqués sur des «duo formers» offrent deux côtés nettement moins différents. On fait la distinction entre le côté toile et le côté supérieur.
 
Côté toile Face inférieure du papier qui est en contact avec la toile lors de la formation de la feuille dans la machine à papier. Elle est souvent identifiable à la légère empreinte de la toile métallique (surtout pour les papiers de qualité inférieure). Le côté opposé à la toile est appelé «beau côté» parce qu'il présente une surface plus lisse. La disparité entre les deux surfaces est à l'origine de la notion «deux côtés», utilisée dans le langage des fabricants de papier.
 
Couché machine Autrefois, la technique du couchage consistait à appliquer la couleur (pigments et liants) avec un gros pinceau puis à suspendre les feuilles pour les laisser sécher. C'est l'origine de la désignation allemande «gestrichene Papiere» (papiers «peints»). A partir de 1860 environ, le papier a été couché dans la machine à papier. La notion de couché machine (qui date des années 50) est toujours utilisée pour désigner les papiers offset, typo et hélio, bien qu'aujourd'hui la plupart des papiers ne soient plus couchés directement dans la machine à papier.
 
Couché mat Papiers couchés présentant une surface mate, relativement rugueuse. Il existe également des papiers couchés brillants ou demi-mats.
 
Couché un côté Papier utilisé pour la confection d'étiquettes pour bouteilles et boîtes de conserve, de fourres de livres, etc.
 
Couchés sur chrome Papiers et cartons présentant une surface extrêmement lisse et brillante. Cette brillance est obtenue non pas par satinage à la calandre, mais au moyen d'un séchage par contact avec un cylindre de chrome chauffé. Les papiers et les cartons prennent alors la structure absolument lisse du cylindre.
 
Coucheuse à racle Machine pour la fabrication de papiers couchés. La sauce de couchage est d'abord appliquée surabondamment sur la bande de papier, puis dosée régulièrement et égalisée à l'aide d'une lame d'acier flexible (racle).
 
Coupeuse longitudinale Coupe une ou plusieurs fois la bande de papier dans le sens de la longueur. La bande est déroulée à grande vitesse sur des lames circulaires très aiguisées qui peuvent être réglées avec précision à la largeur de bande voulue. Pour obtenir les formats de papier souhaités, les bandes passent encore dans la coupeuse transversale.
 
Coupeuse transversale Machine pour le découpage des bandes de papier en feuilles d'une largeur donnée. Les bandes de papier sont déroulées en une ou plusieurs couches exactement superposées et coupées transversalement par des couteaux réglés avec précision à la mesure souhaitée.
 
Crack Back Plus Découpes de la feuille de support disposées en diagonale et espacées de 32 mm. Même pour de petites étiquettes, il n'est plus nécessaire de tenir compte de la découpe pour le montage.
 
Cuisson Les copeaux de bois sont décomposés en fibres avec de l'acide ou de la lessive sous l'effet de la chaleur et de la pression. Ce procédé chimique permet d'obtenir de la cellulose à partir du bois.
 
Cuve Récipient de bois rond ou ovale contenant la pâte à papier délayée. Lors de la fabrication du papier à la main, la pâte est puisée à l'aide d'une forme composée d'un cadre et d'un tamis.
 
Cuvier mélangeur Après le raffinage, on ajoute à la pâte mécanique et à la cellulose des charges et d'autres matières auxiliaires dans le cuvier mélangeur.

 
Déchets de fabrication Papiers présentant des défauts, écartés durant la fabrication et réintégrés dans la production. Ce recyclage interne permet de fabriquer à nouveau des papiers de bonne qualité. 
 
Décortiquer Les matières fibreuses provenant du bois doivent être préalablement débarrassées de leur écorce à la machine.
 
Degré de blancheur Intensité définie de l'impression de blancheur. Tenir compte également des différentes nuances de blanc (rougeâtre, bleuâtre, jaunâtre).
 
Demi-pâte Matières fibreuses, chiffons, cellulose, vieux papier, généralement livrés sous forme sèche (sauf pour la pâte mécanique) et destinés à la préparation de la pâte à papier par adjonction d'eau et de matières auxiliaires.
 
Désencrage Elimination de l'encre d'impression des vieux papiers pour l'obtention de fibres secondaires. La pâte fibreuse à base de vieux papiers imprimés est «lavée» au savon et à la soude caustique. Ce procédé détache l'encre qui est éliminée par flottation, puis épaissie, brûlée et enfin la cendre est déposée à la décharge.
 
Deux côtés Différence entre les deux côtés du papier provenant de l'égouttage effectué par un seul côté.
 
Différences Elles figurent dans notre prix courant sous «Conditions générales de vente» et «conditions complémentaires».
 
Difficultés d’impression Il y a des conditions climatiques optimales pour l'utilisation du papier. Les grandes différences au niveau de la température et de l'humidité de l'air causent souvent des difficultés importantes aux imprimeurs et relieurs. Les conditions climatiques appropriées pour le magasin de papier et l'atelier de fabrication sont une température située entre +18 °C et 20 °C, ainsi qu'une humidité relative de 55 - 65 %. Surtout pour les impressions en plusieurs couleurs, il est important de veiller à la stabilité de la température et de l'humidité de l'air.
 
dpi Dot per inch = points par pouce (2,54 cm). Le nombre de dpi indique la résolution d'une image. Un nombre de dpi plus élevé signifie une meilleure résolution.
 
Duo former Tamis supérieur pour les machines à papier à table plate permettant un égouttage supplémentaire de la bande de papier vers le haut. De ce fait, le procédé de fabrication est plus rapide et le papier présente deux côtés toiles et des surfaces plus régulières.

 
Eau En quelques décennies, la consommation d'eau nécessaire à la fabrication du papier a diminué en moyenne de 60 %, passant de 50 à 20 litres par kilo de papier. 
 
ECF Le blanchiment de la cellulose s'effectue sans chlore gazeux (ou chlore élémentaire). (ECF = Elementary Chlorine Free).
 
Eclaircissage L'éclaircissage de la forêt est nécessaire pour assurer aux arbres une croissance saine. Du point de vue de l'entretien des forêts, il faudrait aujourd'hui éclaircir bien davantage. Le problème de l'éclaircissage, c'est que certains arbres doivent être abattus, alors que leurs voisins doivent rester debout. C'est pourquoi il n'est pas possible de mettre en oeuvre des moyens hautement mécanisés. Le bois d'éclaircie et le bois grêle, qui ne conviennent pas pour la construction, sont utilisés principalement par l'industrie de la cellulose et du papier.
 
Egouttage La feuille se forme sur le tamis de la machine à papier, où l'eau dans laquelle les fibres sont en suspension s'évacue. Cette opération est appelée égouttage.
 
Egoutteur Cylindre de la table de fabrication destiné à égaliser la surface du papier. Ce cylindre permet également de réaliser un filigrane véritable.
 
Encre séchant par oxye Encre spéciale pour l'impression de films et autres supports n'ayant pas de capacité d'absorption. Le séchage se fait exclusivement par oxydation.
 
Ennoblissement Papiers couchés et traités en surface.

 
Fabriques de papier intégrées Fabriques de papier qui réunissent sous un même toit toutes les étapes de la fabrication du papier, depuis la production du bois provenant de leur propre forêt jusqu'au papier fini.
 
Façonnage A la sortie de la machine à papier ou de la machine à coucher, coupe, triage et emballage du papier par paquets de feuilles ou de rouleaux.
 
Feuille Format du papier ou du carton coupé.
 
Feutres La bande de papier encore humide est transportée au moyen de feutres à travers la section des presses où s'achève l'égouttage, puis à travers la partie sèche où ces feutres - spécialement tissés - pressent la masse humide contre des cylindres de séchage chauffés à la vapeur.
 
Fibres secondaires Les fibres secondaires destinées à la fabrication du papier proviennent exclusivement de vieux papiers.
 
Filigrane Les filigranes des papiers sont considérés comme des emblèmes de qualité et des marques individuelles; ils sont connus depuis le moyen-âge. Ce sont des dessins visibles par transparence, obtenus grâce à des différences d'épaisseur dans le papier. Que ce soit dans la fabrication du papier à la main ou à la machine, le filigrane naturel ou véritable n'est obtenu que pendant la formation de la feuille par amincissement ou épaississement de la masse fibreuse de la bande naissante au moyen du cylindre égoutteur muni d'un filigrane. Les simili-filigranes ou faux filigranes (filigranes à molette) sont frappés dans le papier encore humide après la table de fabrication. Il est possible également d'obtenir des simili-filigranes ou faux filigranes en dehors de la machine à papier par impression avec un vernis incolore, sous l'effet de la chaleur ou par gaufrage.
 
Filigrane à molette Un simili-filigrane obtenu par compression (gaufrage) de la bande de papier humide après la sortie de la table de fabrication. Ces marques s'éliminent par humidification.
 
Flottation Procédé utilisé pour éliminer l'encre des vieux papiers. Appelé aussi désencrage.
 
Foils Tiges cintrées en matière synthétique, fixes, soutenant le tissu mobile de la machine à papier. Les foils évacuent l'eau de la face inférieure de la table de fabrication par frottement et par aspiration. Ils sont un élément de l'égouttage du papier.
 
Force du papier Voir grammage
 
Forêt La forêt recouvre 29 % de la superficie de la république fédérale d'Allemagne, soit plus de 70 000 kilomètres carrés. 95 % de ces forêts sont exploitées. La forêt est le producteur écologique numéro 1. 1. Elle exerce une influence sur l'hydrographie en rendant le sol plus poreaux et plus perméable, donc en assurant une bonne infiltration (protection contre les inondations) et une certaine accumulation d'eau. 2. Elle protège les surfaces avoisinantes contre le vent et les méfaits des courants froids, ainsi que contre l'érosion. Elle modère les variations extrêmes de la température (équilibre climatique). 3. Elle améliore la qualité de l'air en «produisant» de l'oxygène et en servant de filtre à poussière. 4. Elle offre aussi une protection contre le bruit qui se propage, beaucoup plus loin, sur des surfaces dépourvues de forêt. 5. Et enfin, elle est un lieu de détente pour les hommes et le milieu naturel de nombreuses espèces végétales et animales. En achetant les bois d'éclaircie, l'industrie du papier contribue de manière décisive à ce que la forêt puisse continuer à remplir ces fonctions.
 
Formation de la feuille Etape de la fabrication du papier à la main ou à la machine au cours de laquelle la pâte à papier prend la forme d'une structure plate constituée par les fibres et les charges. Fabrication du papier sur une machine à table plate.
 
Formats DIN Formats normalisés en vigueur dans les arts graphiques et répartis en trois séries: A, B et C. Les formats de la série A sont utilisés pour le papier à lettre, les magazines, les livres, les prospectus, etc. Les formats B et C sont principalement destinés aux pochettes, enveloppes, fourres, etc.
 
Formats du papier Voir formats DIN 
 
Gaufré filigrane Dessin porté sous très forte pression sur le papier sec ou fortement égoutté, au moyen d'une forme de gaufrage. Ces filigranes disparaissent avec l'augmentation de l'humidité, car les fibres ont simplement été comprimées.
 
Grammage Le grammage est déterminé par le poids d'un papier ou d'un carton exprimé en grammes par mètre carré. Pour déterminer le grammage (g/m2), on peut poser 16 feuilles A4 sur une balance, ce qui correspond à un mètre carré.

 
Humidité absolue Quantité d'eau contenue dans le papier, exprimée en pour cent du poids global.
 
Humidité de l’air, relative Importante pour le stockage et le façonnage du papier. Les valeurs idéales se situent entre 50 et 55 pour cent avec des températures situées entre 18 et 23 °C.

 
Impression digitale Les données à imprimer sont préparées à l'ordinateur, ce qui entraîne la suppression de la phase conventionnelle de prépresse. Toutes les données sont acheminées et traitées numériquement.
 
Imprimante sans impact Imprimantes qui travaillent sans contact (p. ex. imprimantes laser, xérographie, imprimante à jet d'encre).
 
Imprimantes matricielles Elles impriment les signes par impact sur le support d'impression (imprimantes à aiguilles).

 
Kaolin Produit naturel utilisé comme charge dans la fabrication du papier. Silicate d'alumine contenant de l'eau, décomposé à l'acide sulfurique dans une chaudière avec ou sans pression.
 
Kraftliner Papier kraft fabriqué avec de la cellulose blanchie ou non. Est utilisé pour les couches de protection des cartons ondulés ou des cartonnages.

 
Label du Cygne Label écologique nordique pour les papiers fins. Objectif: le Cygne nordique doit aider l'acheteur à choisir parmi les produits offerts ceux qui sont les moins polluants. Ce label est attribué par l'Institut de normalisation SIS. Une instance de contrôle neutre évalue non seulement le produit, mais également le processus de fabrication, ainsi que l'ensemble du cycle de vie du point de vue des charges directes et indirectes pour l'environnement. L'emballage est normalement considéré comme faisant partie d'un produit, il est donc également inclus dans l'évaluation.
Label écologique Label du Cygne
 
Largeur de bande Largeur de la bobine mère de la machine à papier. La largeur de bande est perpendiculaire au sens de fabrication.
 
Lignine La lignine est avec la cellulose et d'autres éléments l'un des constituants du bois et elle confère aux fibres leur rigidité. La lignine est indésirable dans le papier car elle provoque un jaunissement rapide. C'est pourquoi dans la fabrication de la cellulose la lignine est largement éliminée par un processus chimique.
 
Linter Duvet de fibres très courtes attaché aux graines de coton après l'égrenage. Le linter est utilisé pour la fabrication de papiers particulièrement souples, très durables et absorbants (p. ex. billets de banque).
 
Lissé en machine Papiers passés à la lisse dans la machine à papier. Pour obtenir une qualité de surface supérieure, ils peuvent encore être satinés et/ou couchés ultérieurement.
 
LWC Papiers légèrement couchés pour des catalogues de vente par correspondance, des illustrés ou des périodiques. (LWC = Light Weight Coated) 
 
Machine à coucher Machine servant à la fabrication des papiers couchés. Elle enduit la surface du papier brut d'une sauce de couchage contenant des pigments et des liants. 
 
Machine à papier Elle se compose d'une série d'éléments en ligne: caisse d'arrivée, table de fabrication, section des presses, partie sèche et embobinage sont les éléments standard - avec des possibilités de construction très variables. Dans la caisse d'arrivée, la pâte fibreuse (contenant jusqu'à 99 % d'eau) est répartie de façon régulière sur une toile sans fin qui avance constamment et qui - sauf pour les machines très rapides - subit également des secousses latérales. Sur la toile de la table de fabrication, les fibres s'agglomèrent pour former une bande de papier uniforme, encore mouillée («formation de la feuille»). L'eau est évacuée librement par les mailles de la toile. A la fin de la table de fabrication, la teneur en eau est encore de 80 % environ. La bande de papier est alors assez consistante pour être levée par des bandes de feutre et transférée vers la section des presses. Après ce nouvel égouttage qui réduit la teneur en eau à quelque 50 % commence la partie la plus longue de la machine à papier, la partie sèche. Jusqu'à 100 cylindres de séchage chauffés à la vapeur éliminent le reste de l'humidité de la bande de papier. Enfin, avant l'embobinage de la bande sur un tambour, diverses opérations non obligatoires peuvent être effectuées. On peut ainsi intercaler un dispositif de couchage permettant d'enduire d'une couche de surface la bande de papier à demi sèche.
 
Machine à table plate Inventée en 1799, la machine à table plate est toujours le type de machine à papier le plus utilisé. Elle se compose d'un tamis plat sans fin reposant sur une série de cylindres ou de tiges de soutien.
 
Machines à formes rondes Contrairement aux machines à table plate, les machines à formes rondes ne travaillent pas avec une toile plate mais avec des cylindres d'égouttage creux. Ces cylindres partiellement immergés tournent dans des cuves remplies de suspension fibreuse. Celle-ci se dépose sur les cylindres creux et l'eau s'écoule à travers les mailles à l'intérieur du cylindre. La feuille de papier ainsi formée est levée du cylindre par une bande de feutre, puis elle passe par les mêmes étapes qu'avec la machine à table plate. Les machines à formes rondes ont l'avantage de pouvoir comporter plusieurs cylindres à la suite, de sorte que plusieurs bandes de papier mouillé peuvent être superposées pour former une bande plus épaisse. C'est pourquoi on les utilise surtout pour la fabrication de carton. Les machines à formes rondes sont également utilisées pour la fabrication de papier pour titres et pour billets de banque. Ces machines permettent naturellement de réaliser des filigranes véritables.
 
Machines diazo Appareils à copier travaillant avec des papiers munis d'un couchage diazo.
 
Machines héliographiques Machines utilisées principalement dans les bureaux d'architecture et travaillant avec des papiers traités à l'ammoniaque.
 
Marque du feutre Empreinte laissée sur le papier par le feutre de la machine à papier sur le côté opposé à la toile.
 
Matières auxiliaires Les matières auxiliaires entrant dans la fabrication du papier sont désignées sous le nom de charges, colorants et colles. D'autres matières, p. ex. les résines synthétiques, sont utilisées lorsque le papier doit présenter des propriétés particulières.
 
Matières fibreuses Les matières fibreuses, pâte mécanique et cellulose, vieux papier, chiffons ou matières fibreuses synthétiques - sont les matières premières servant à la fabrication du papier.
 
Meulage La pâte mécanique est obtenue par meulage du bois de résineux écorcé (avec une meule rotative). Cette opération s'effectue sous adjonction d'eau. Outre les fibres de cellulose, les constituants du bois, qui sont la lignine et la résine, restent dans la masse. Mais la lignine provoque un jaunissement rapide du papier, c'est pourquoi les papiers à la pâte mécanique sont destinés principalement à une utilisation éphémère.
 
Multifonctionnel On qualifie de multifonctionnels les papiers pouvant être utilisés pour diverses techniques d'impression. Par exemple un papier offset multifonctionnel convenant pour l'impression offset, les imprimantes à jet d'encre et laser, ainsi que les copieurs laser.

 
Nombre de pliages Mesure la résistance d'un papier. Le nombre de pliages indique combien de pliages dans les deux sens une bande de papier peut supporter avant la rupture.
 
Nuance de blanc Contrairement au degré de blancheur, la nuance de blanc détermine l'impression de blancheur produite par un papier; le blanc peut tirer sur le rouge, le vert ou le bleu. 
 
Ondulation des bords du papier Des influences climatiques défavorables peuvent entraîner une ondulation indésirable du papier. Lorsque les bords du papier absorbent de l'humidité, les fibres se dilatent et il en résulte une ondulation des bords du papier. 
 
Opacité L'opacité est particulièrement importante pour les papiers des arts graphiques qui sont p. ex. imprimés recto-verso. L'opacité peut être accrue par une adjonction plus importante de pâte mécanique ou de charges telles que kaolin, talc ou dioxyde de titane, ce qui rend en outre la surface plus lisse.

 
Papier Produit à base de fibres végétales qui, sous adjonction d'eau et de matières auxiliaires (charges, colorants ou colle), sont agglomérées dans une suspension fibreuse pour former une feuille. 
 
Papier à copier Papiers nature blancs et couleurs particulièrement aptes à la réalisation de photocopies, généralement par procédé xérographique. Indications pour l'impression des papiers à copier. Le papier à copier est adapté aux exigences du photocopieur et fabriqué avec soin. Pour qu'il garde toutes ses propriétés, nous recommandons de suivre les indications que voici: 1) Laissez la pile de papier prendre la température ambiante tant que le papier est encore enramé. 2) Veuillerz imprimer le côté qui sera par la suite imprimé en premier dans le photocopieur. Ce côté est signalé par une flèche sur le paquet. 3) Le papier à copier est plus sec que les papiers d'impression. L'humidité de la pile de papier est inférieure à l'humidité ambiante, c'est pourquoi: n'ouvrez la rame que peu avant l'impression et protégez immédiatement les piles de papier imprimé contre l'humidité ambiante en les couvrant avec du PE. En offset humide, roulez avec un minimum d'eau de mouillage (de préférence mouillage à l'alcool ou offset à sec). 
 
Papier à fibres fraîches Papier fabriqué à partir de matières fibreuses ne comportant pas de fibres secondaires. 
 
Papier à la cuve Feuille de papier formée à la main en puisant dans la cuve, caractérisé par son épaisseur irrégulière et ses bords décroissants. Il n'y a pas de sens de fabrication dans le papier à la cuve. 
 
Papier à la forme Cette méthode de fabrication du papier à la main n'est plus utilisée que dans des entreprises très spécialisées et elle est très rare. Les «papiers à la cuve» que l'on trouve dans le commerce sont fabriqués sur des machines à formes rondes. 
 
Papier affiche Papier nature offrant des propriétés particulières au niveau de l'imprimabilité. Par ailleurs, il doit répondre aux exigences technologiques particulières pour le trempage, le collage et la résistance aux intempéries. 
 
Papier avion Papier écriture extrêmement léger (25 - 35 g/m2), mince et résistant, généralement sans bois. 
 
Papier bible Papier impression très mince, opaque et résistant, destiné à la réalisation d'ouvrages considérables sous forme de livres minces (p. ex. bibles). 
 
Papier buvard Papier fabriqué par raffinage grossier et caractérisé par sa capacité d'absorption des liquides. 
 
Papier continu Les papiers d'impression en bobines pour les machines d'impression en continu sont généralement sans bois ou partiellement composés de fibres secondaires recyclées. Leur grammage se situe entre 40 et 80 g/m2
 
Papier couché véritable Le couchage dans une installation séparée confère aux papiers couchés véritables une surface brillante ou mate, parfaitement unie et homogène. Ils sont aptes à la reproduction d'illustrations en offset avec les trames les plus fines. 
 
Papier de sparte Papier impression souple et résistant, particulièrement opaque. 
 
Papier écriture Papier blanc ou de couleur, avec ou sans bois mais fabriqué aussi avec des fibres secondaires, collé en surface. Le satinage dans la calandre lui confère une surface lisse et plus homogène. 
 
Papier granulé Papier présentant une granulation obtenue par gaufrage. 
 
Papier inkjet Papier traité en surface pour un procédé d'impression sans impact. L'impression se fait par de minuscules gouttelettes d'encre déposées sur le papier sur commande de l'ordinateur; le papier doit donc être capable d'absorber l'encre rapidement. 
 
Papier journal Papier à forte teneur en bois et en vieux papier, lissé à la machine et absorbant, dont le grammage se situe entre 40 et 57 g/m2. Comme son nom l'indique, le papier journal est destiné principalement à l'impression rapide sur des rotatives et doit donc absorber l'encre rapidement. 
 
Papier kraft Fabriqué avec au moins 90 % de cellulose kraft fraîche, le plus souvent non blanchie (cellulose au sulfate). Les papiers kraft sont très résistants et durables. 
 
Papier machine à écrire Papier nature blanc ou de couleur, conçu spécialement pour une utilisation multifonctionnelle au bureau. Papiers multifonctionnels. 
 
Papier mêlé Pour la confection de ces papiers, des fibres de couleur sont mélangées à la pâte à papier. 
 
Papier mince Voir papier bible. 
 
Papier nature Contrairement au papier couché, le papier nature n'a pas été ennobli par l'application d'une couche. Le papier nature est également appelé papier non couché. 
 
Papier offset Papier collé dans la masse, lissé en machine, résistant à l'arrachage et ne dégageant pas de poussière. 
 
Papier pour affiches Synonyme pour papier affiche. 
 
Papier pour billets de banque Papier apte à l'impression polychrome et généralement fabriqué à base de chiffons. Durablement résistant au pliage et à l'usure. La fabrication de ces papiers munis de filigranes véritables en dégradé se fait sur des machines dites à formes rondes. 
 
Papier pour étiquettes Papier convenant particulièrement bien pour la réalisation d'étiquettes. Il doit offrir d'excellentes propriétés techniques pour l'impression. Tout particulièrement: résistance à l'humidité, à la déchirure, à la cassure, tendance à s'enrouler, ainsi que résistance au trempage, perméabilité à la lessive et aptitude à l'estampage. 
 
Papier pour feuille de garde Papier spécial, souvent vergé, utilisé dans la fabrication de livres. Il sert à relier le bloc du livre avec sa couverture. Propriétés exigées: résistant, composé de fibres longues, sans bois, aptitude au collage et grande opacité. 
 
Papier pour impression laser Destiné aux imprimantes laser ou aux photocopieurs, ce papier présente une surface uniforme et a une humidité relative de 30 à 35 %. La surface est préparée spécialement pour assurer une bonne adhésion du toner et une décharge électrique immédiate dans l'imprimante laser. 
 
Papier pour jet d'encre Voir papiers ink-jet. 
 
Papier thermosensible Papier réagissant à la tension électrique et à la chaleur en prenant une coloration noire à ces endroits (p. ex. papiers pour fax thermo). 
 
Papier transparent Papier doté d'une grande transparence régulière. Cette transparence est obtenue grâce à un raffinage très fin. Pour que le papier ait la résistance nécessaire, on utilise 100 % de cellulose. 
 
Papier vergé avec filigrane Il s'agit d'un papier fabriqué sur machine à table plate grâce au cylindre égoutteur. Ce papier présente des lignes très rapprochées et est muni d'un filigrane. 
 
Papier xérographie Papier ayant une teneur en humidité particulièrement faible (24 - 30 % d'humidité relative). Il offre une surface unie et ne dégage pratiquement pas de poussière. Il convient donc particulièrement bien pour les photocopies. Papier à copier. 
 
Papiers à fibres primaires Papiers ne contenant pas de fibres recyclées, c'est-à-dire que les fibres sont utilisées pour la première fois pour la fabrication de papier. 
 
Papiers autocopiants Papiers fonctionnels destinés à la réalisation de jeux de formules. En blanc et en plusieurs couleurs. 
 
Papiers avec bois Ils sont fabriqués avec une proportion plus importante de fibres ligneuses (pâte mécanique) et sont de ce fait moins résistants que les papiers à base de cellulose. Les papiers avec bois jaunissent rapidement et ont une faible résistance au vieillissement. 
 
Papiers avec chiffons Papiers pour titres, billets de banque, papiers à dessin, fabriqués totalement ou partiellement avec des chiffons (essentiellement coton). 
 
Papiers couchés Papiers enduits d'une couche de surface les rendant plus lisses, plus brillants, plus blancs et améliorant leurs aptitudes à l'impression. L'enduit de couchage est constitué de pigments naturels de haute qualité, de liants, ainsi que de diverses matières auxiliaires. Observer absolument les points suivants: n'utiliser que des lames bien aiguisées, une contre-coupe de 3 cm au moins est indispensable. Le bord de coupe repoussé sur la table de coupe ne doit pas entrer en contact avec le bord de coupe propre se trouvant derrière la lame. Eviter dans tous les cas de brosser le bord de coupe. (En cas de coupe sans contre-coupe, le bord de coupe repoussé doit être légèrement frotté avec un chiffon propre imbibé d'une solution contenant 50 % d'eau et 50 % de glycérine). 
 
Papiers édition Qualité de papiers utilisés principalement pour l'impression de livres. Il faut un papier souple, élastique, lissé à la machine, présentant une surface bien homogène. 
 
Papiers pour les arts graphiques Les papiers pour les arts graphiques sont des papiers impression et écriture, ainsi que des papiers multifonctionnels. Selon la matière première, on distingue les papiers sans bois (cellulose pure, dépourvue de lignine et de résine) et avec bois (essentiellement à base de pâte mécanique). 
 
Papiers résistants à l’humidité Papiers caractérisés par le fait que même détrempés ils devraient offrir encore au moins 20 % de leur résistance normale à l'état sec. 
 
Papiers sans bois Ils sont fabriqués exclusivement à base de cellulose. Ces papiers et cartons contiennent certes du bois (cellulose), mais pas de pâte mécanique. La cellulose est préparée chimiquement et elle offre une résistance élevée au vieillissement. 
 
Papyrus Le papyrus est le précurseur de notre papier actuel et il est à l'origine de son nom. Il était fabriqué à partir des tiges d'une plante marécageuse (le papyrus). Ces tiges étaient coupées en lamelles, entrecroisées, puis pressées, martelées et séchées. 
 
Parchemin véritable Papier sans bois, repoussant la graisse, qui a été trempé dans du soufre (parcheminé). 
 
Partie humide Partie de la machine à papier où la feuille est formée. 
 
Partie sèche Elément essentiel de la machine à papier. Après l'élimination mécanique de l'eau de la bande de papier dans la section des presses, le séchage se poursuit dans la partie sèche sous l'effet de la chaleur. 
 
Pâte à papier Mélange des fibres et des autres ingrédients avec de l'eau. 
 
Pâte chimique Matière fibreuse appelée cellulose, obtenue à partir de matières premières végétales par défibration chimique et contenant, outre la cellulose, de l'hémicellulose, des résidus de lignine et des matières organiques. Le bois (feuillus et résineux) est tout d'abord réduit en copeaux à la machine. Ceux-ci sont alors cuits sous pression et à haute température pendant plusieurs heures dans un lessiveur. Il existe plusieurs procédés de cuisson: le procédé au bisulfite et le procédé au sulfate. A la fin de la fabrication, la cellulose est séchée et pressée en plaques ou encore livrée directement à la fabrique de papier par pipeline. 
 
Pâte mécanique Le bois d'éclaircie fraîchement coupé, provenant essentiellement de pins et de sapins, est débité en rondins et écorcé. Sous un jet d'eau, la meule rotative arrache les fibres humides du bois, puis les noeuds et les gros éclats sont séparés. La pâte fluide ainsi obtenue est séchée dans un épaississeur jusqu'à une consistance de 35 à 40 %, puis pressée en plaques pour le stockage et le transport vers la fabrique de papier. La pâte mécanique est une matière cellulosique servant à la fabrication de papiers d'une grande opacité, ayant une faible résistance à la déchirure et jaunissant relativement rapidement. 
 
Pergamine Papier ingraissable, mais ne résistant pas à l'humidité, fabriqué avec de la cellulose ultra raffinée. 
 
Planéité Disposition d'une feuille de papier à rester à plat, sans se courber ou se bomber, avant ou après le passage dans un photocopieur ou une imprimante laser. 
 
Pliage Lors du pliage du papier, sa surface est tendue du côté extérieur et est écrasée du côte intérieur. Lorsqu'il s'agit de papier couché, ce traitement entraîne souvent une déchirure de la couche du côté extérieur. Tant que le pli ne traverse que des parties du papier qui ne sont pas imprimées, cela n'est guère gênant. Mais lorsqu'il s'agit d'une partie et surtout d'une surface imprimée, la rupture de la couche devient visible. Cette rupture peut éventuellement provenir d'un mauvais choix du sens de fabrication du papier. Mais il est possible aussi que les outils de rainage ou la profondeur de rainage ne soient pas adaptés à la qualité de papier. En principe, à partir de 100 g/m2, les papiers couchés devraient être rainés avant le pliage. Dès la conception et la mise en page d'un imprimé, il faut veiller à ce que le pli ne traverse pas l'impression. Il est recommandé de faire des essais de pliage avec le support d'impression prévu. Pour un rainage précis, observer les points suivants: épaisseur de la ligne de rainage - largeur de la rainure - profondeur du rainage adaptée à l'épaisseur du matériel. 
 
Postconsumer-Waste Déchets de papier non imprimés.
Preconsumer-Waste Vieux papier imprimé ou coloré. 
 
Pré-impressions Recommandations concernant le traitement et le stockage des papiers pré-imprimés avant le tirage final: les papiers pré-imprimés ont à la livraison une humidité d'env. 35 %, donc considérablement inférieure à celle des papiers offset normaux, dont l'humidité est de 50 % +/- 5 %. En principe il s'agit d'un papier trop sec, donc d'un matériel en déséquilibre par rapport à l'humidité relative de l'atelier d'impression qui est généralement de 50 - 55 %. La faible teneur en humidité du papier, qui ne doit pas augmenter de plus de 5 % pendant l'impression offset, empêche le papier de perdre trop d'eau lors de la fixation à la chaleur dans l'imprimante laser ou le copieur, donc de perdre son aptitude initiale à rester à plat. Cela provoquerait des bourrages et des problèmes à l'impression ou lors de l'assemblage automatique. Cependant, du fait de cette faible teneur en humidité, ces papiers réagissent beaucoup plus vite et plus fortement à leur environnement «humide» qu'un papier offset standard. Pour obtenir un produit fonctionnel et éviter les pannes lors de la copie ou du tirage sur imprimante laser, nous vous prions de tenir compte des recommandations suivantes: avant l'impression offset, laisser le papier pendant au moins un jour dans l'atelier d'impression pour qu'il prenne la température ambiante. Sortir le papier de son emballage climatique juste avant l'impression pour éviter qu'il absorbe de l'humidité. Pendant l'impression offset, rouler avec un minimum d'eau de mouillage. L'humidité du papier doit augmenter au maximum de 5 % pendant l'impression. Utiliser si possible un dispositif de mouillage à l'alcool. Le pH de l'eau de mouillage ne doit pas être inférieur à 5,5. Utiliser les encres d'impression correspondant au domaine d'utilisation de vos produits, d'entente avec votre fournisseur d'encre. Après l'impression offset/pendant le façonnage: après chaque étage de l'impression, emballer immédiatement le papier sous emballage climatique (p. ex. Emballage de rame, film plastique, sac plastique), ceci pour éviter qu'il absorbe de l'humidité supplémentaire. Laisser reposer le papier suffisamment longtemps après l'impression pour que l'encre durcisse en séchant, pour éviter qu'elle ramollisse sous l'effet de la chaleur des appareils pendant le façonnage. Pour la coupe au format, veiller à assurer une coupe propre avec des lames bien aiguisées. Cela permet d'éviter de salir les appareils et de prévenir les problèmes au façonnage! N'ouvrir les emballages qu'immédiatement avant d'utiliser le papier dans le copieur ou l'imprimante laser, ceci pour éviter qu'il absorbe de l'humidité. 
 
Préparation de la pâte Les pâtes à papier livrées sous forme de demi-pâte sont délayées dans de l'eau jusqu'à l'obtention d'une pâte liquide. Après avoir subi un processus de nettoyage en plusieurs étapes, la pâte à papier est raffinée et on lui ajoute des matières auxiliaires. Après une nouvelle dilution (jusqu'à 99 pour cent d'eau), le mélange pâte/eau est prêt pour la suite de la fabrication dans la machine à papier. 
 
Preprints Papiers pré-imprimés à l'imprimerie (p. ex. logo). L'utilisateur final imprime ensuite le reste du papier lui-même (p. ex. correspondance d'entreprise). 
 
Pressage humide Dans la fabrication classique du papier, la feuille de papier humide, puisée à la main avec la forme, était pressée entre des feutres. Ce procédé est encore utilisé pour la fabrication de forts grammages (essentiellement du carton). Les bandes de papier encore humides sont superposées et s'assemblent par interpénétration fibreuse. 
 
Presse encolleuse La presse encolleuse est incorporée dans la machine à papier, après la première partie sèche. Elle enduit les deux côtés de la bande de papier d'une solution de colle ou d'une légère couche de résine. 
 
Pulp Terme anglais désignant la matière fibreuse préparée, prête pour la production. Pâte à papier. 
 
Raffinage Pour que les matières fibreuses aient les propriétés voulues elles sont raffinées mécaniquement avant leur utilisation pour la fabrication du papier. On fait la distinction entre raffinage «long et grossier», «long et fin» ainsi que «court et fin». 
 
Raffinage fin Haut degré de raffinage pour la préparation des matières fibreuses (p. ex. pour le papier transparent).
 
Raffinage grossier Faible degré de raffinage pour la préparation des matières fibreuses (p. ex. papier buvard).
 
Raffineur Il remplace l'ancienne pile hollandaise pour le raffinage des matières fibreuses destinées à la fabrication de papier. Différence essentielle: dans le raffineur, les fibres sont coupées et/ou écrasées entre des séries de couteaux.
 
Rame Provient du mot arabe «rizma» = ballot. Désigne une quantité variable de feuilles de papier, empaquetées dans un papier d'emballage.
 
Recyclage Réutilisation de matériaux déjà employés et élément essentiel pour la protection de l'environnement et pour l'économie des matières premières. L'idée de base du recyclage (tiré du mot grec «cyclos» = cercle) est depuis toujours développée systématiquement par l'industrie du papier.
 
Résistance à la déchirure Sollicitation maximum supportée par un papier avant qu'il se déchire.
 
Résistance à la déchirure à l'état humide Propriété particulièrement importante pour les papiers pour affiches, étiquettes, billets de banque ou cartes topographiques.
 
Résistance à la lumière Pas d'altération de couleur sous l'effet des rayons UV.
 
Résistance à l'arrachage Propriété importante pour les papiers imprimés en offset. 
 
Résistance au gommage La résistance d'un papier au gommage (p. ex. papiers ou cartons à dessin ou encore papiers transparents) est obtenue par imprégnation ou collage.
 
Résistant au vieillissement/DIN ISO 9706 Capacité du papier à conserver ses propriétés malgré un usage ou une conservation prolongée. Ce papier a une composition bien précise, définie par la norme DIN ISO 9706. Important pour les produits durables comme les livres, les illustrations, etc.

 
Sans acides Un papier sans acides doit répondre aux critères suivants: Le papier nature doit être fabriqué à base de cellulose 100 % blanchie - sans fibres ligneuses -, avoir un pH de 7,5 - 9 et contenir au minimum 3 % de carbonate de calcium. 
 
Sans chlore Désignation générale des papiers fabriqués avec de la cellulose blanchie sans chlore élémentaire (ECF) ou combinés chlorés. Les alternatives les plus courantes sont aujourd'hui l'oxygène et le peroxyde d'hydrogène. Ces papiers sont désignés par l'abréviation «TCF = Totally Chlorine Free».
 
Satinage Pour que le papier ait une surface lisse et brillante, il passe entre les rouleaux de la calandre. Le satinage est obtenu sous l'effet de la chaleur, du frottement et de la pression.
 
Satiné un côté Le cylindre de lissage n'agissant que d'un côté du papier pendant le séchage dans la machine à papier, celui-ci ne présente qu'un côté satiné.
 
Satiné Lorsque la finesse de la surface des papiers lissés en machine n'est pas suffisante pour l'usage auquel ils sont destinés (impression à trame fine), ceux-ci sont satinés. Le satinage se fait sur une calandre, un système de rouleaux superposés en acier moulé, généralement chauffés, entre lesquels passe le papier.
 
Section des presses A la fin de la table de fabrication, la bande de papier passe dans la section des presses, où la teneur en eau est encore réduite mécaniquement.
 
Sens des fibres Le sens de fabrication du papier joue un rôle décisif lors du façonnage, car le papier offre une plus grande résistance dans le sens de marche de la machine que perpendiculairement. On fait la distinction entre bande étroite (BE), bande large (BL) et bande alternée (variable).
 
Siccité de l’air La «siccité» d'un papier ou d'une cellulose indique son degré de sécheresse. Contrairement à la notion de «absolument sec» (0 % d'humidité), lorsqu' on parle de la siccité du papier on se réfère à la teneur en humidité usuelle dont le papier a besoin. Pour la cellulose et la pâte mécanique on applique la proportion de 90:100, c'est-à-dire 90 parties de matière fibreuse pour 10 parties d'eau.
 
Stabilité dimensionnelle En impression offset, les variations de l'humidité de l'air peuvent modifier la dimension d'une feuille de papier, ce qui entraîne des différences de repérage. La stabilité dimensionnelle d'un papier peut être calculée à l'aide d'un appareil mesurant sa dilatation sous l'effet de l'humidité.

 
Table de fabrication Partie de la machine à papier où la feuille est formée. 
 
Tambour Partie de la machine à papier: rouleau sur lequel la bande de papier est embobinée à la fin de la fabrication.
 
TCF (TCF = Totally Chlorine Free). Le produit a été fabriqué sans chlore ni composés chlorés.
 
Teneur en cendres Proportion des matières de rembourrage contenues dans les charges et les pigments, ainsi que dans les matières fibreuses du papier. Les substances inorganiques sont incombustibles.
 
Test par humidification Le test dit humide permet de déterminer le sens de fabrication d'un papier.
 
Text & Cover Appellation (provenant de l'américain) désignant des papiers extra-fins, non couchés, blancs et de couleur, dont le grammage se situe entre 100 et 320 g/m2 env. Ils sont généralement caractérisés par des structures de surface exclusives, toilées ou gaufrées.
 
Texture de la feuille Répartition des fibres dans la feuille, respectivement dans la transparence. Une répartition régulière confère une plus belle texture à la feuille.
 
Tissue Matière première sans bois, très mince et moelleuse pour la confection de papiers destinés à l'hygiène (p. ex. papier hygiénique, mouchoirs en papier, serviettes de maquillage).
 
TMP La pâte de bois dite thermomécanique est obtenue par meulage des copeaux de bois à des températures proches de 130 °C. Ce procédé permet de défibrer le bois avec davantage de ménagements que les procédés de défibrage habituels. (TMP = Thermo mechanical Pulp).
 
Toile Tamis tissé avec des fils métalliques ou de matière synthétique. Cette toile sans fin sert à la formation de la feuille et à l'égouttage de la suspension fibreuse répartie par le bac de tête des machines à papier à table plate.
 
Toucher Perception cutanée par palpation; qualité que présente un corps pour la main qui le touche (par exemple dans le domaine des tissus). 
 
Traité en surface Selon l'usage auquel ils sont destinés, certains papiers et cartons peuvent recevoir un enduit en matière synthétique résistant à l'eau, à la graisse, aux arômes, aux acides ou à l'air, ou encore être recouverts d'aluminium.
 
Trame A l'aide de la trame, les demi-tons sont décomposés en éléments imprimables. Les films, plaques ou clichés doivent être réalisés en lignes ou points réguliers. La trame est définie par le nombre de lignes ou de points par cm (trame grossière: 32 lignes/cm, trame fine plus de 80 lignes/cm). La modulation de fréquence est une nouvelle technique de tramage dans laquelle les points sont répartis de manière irrégulière. Le tramage FM permet d'obtenir une reproduction très précise des détails.

 
Ultra-brillant Voir papiers couchés sur chrome.

 
Valeur pH La valeur pH (potentia Hydogenium) est une mesure permettant de déterminer si une solution est chimiquement neutre, acide ou alcaline et à quel degré. La valeur mesurée correspond à la concentration de l'ion d'hydrogène. De 0 à 7 le pH indique la teneur en acide de l'eau de mouillage ou du papier, de 7 à 14 la teneur en alcali. Le pH 7 est neutre p.ex. eau distillée). Une valeur pH de 6 - 1 signifie une acidité croissante et les chiffres 8 - 14 une alcalinité croissante.
 
Vieux papier Papiers et cartons de récupération ou déchets de production recyclés dans une nouvelle fabrication. Le vieux papier trié est dissout, désencré, nettoyé, blanchi, puis transformé en pâte à papier.
 
Volume du papier Le volume du papier est défini par le rapport entre l'épaisseur du papier et son poids. Pour les papiers normaux et présentant une surface normalement lisse, on parle de volume simple ou 1/1. Pour un même grammage, un papier a d'autant plus de toucher qu'il est plus volumineux. Exemple: un papier de 100 g/m2 au volume 1/1 aura une épaisseur de 0,100 mm. 1,25 fois plus volumineux = 0,125 mm d'épaisseur. 1,5 fois plus volumineux = 0,150 mm d'épaisseur. 1,75 fois plus volumineux = 0,175 mm d'épaisseur. 2 fois plus volumineux = 0,200 mm d'épaisseur. 2,2 fois plus volumineux = 0,220 mm d'épaisseur.